Canadian Vending

Features Associations Business
CAMA connection – Spring 2014


May 27, 2014
By Ed Kozma

Topics

No trade association is an island

No trade association is an island
CAMA is looking to meet its next set of challenges through collaboration.

A few weeks after I accepted the role of Canadian Automatic Merchandising Association president, I presented my vision to enhance CAMA’s position within the industry to the newly elected board of directors. I conveyed three key factors that will shore up CAMA’s foundation and help take the association to the next level. Those success factors are to build, collaborate and partner.

The “build” component involves effectively executing the day-to-day tactical activities of CAMA (that is, driving membership, trade show preparation and other regional events). As I have come to know over the years I have been serving on the board, the administration team and committees are very capable of achieving the work of the association. My role is to ensure that those activities, specifically membership, are pushed to their maximum potential. As an outcome of this, CAMA will be attending the ApEx show, the top foodservice and hospitality trade show in eastern Canada, to promote itself and introduce the association to potential new members. We believe this will bear fruit and will look at participating in related shows in other parts of the country as an outreach campaign.

The “collaborate” and “partner” components are focused on the strategic aspects of growing the trade association, and this is where my primary activities will be channelled. Over the past six months, I have actively reached out to my counterparts in other North American industry associations to learn if there are common interests among the associations.

Not surprising, all associations have their own unique challenges and are interested in collaborating for betterment of their associations. Of course, some characteristics and needs may be unique to their country or region and they may not all be foodservice-based industries, but all represent unattended retail industries.

Collaborating and building cross-association relationships can provide improved government lobbying efforts, broaden our knowledge base by gaining access for everyone to industry-relevant information or research, evaluate and adapt best practices, and provide thought leadership.

Our efforts over the past two years have been focused on minimizing the impact of currency change by having the $1 and $2 coins combined and then the $5 and $10 bills combined for their introductions. This was a tremendous win for operators because it saved tens of millions of dollars in upgrading activities. Typically, new currency is launched separately. In essence, we saved the industry the costs of managing four upgrade projects versus two.

Coincidentally, our efforts were felt by other industries such as parking, amusement, car wash and other remote-based unattended retail industries and brought relief to their businesses.

As a matter of due diligence, I believe that the Royal Canadian Mint and the Bank of Canada consulted other industry leadership and that leaders expressed their positions. But what message was conveyed? What effect would we have had if we had been aligned with the same message? Hard to say . . . . But the time is right to start talking, sharing information and building relationships with potential partners to address the next set of challenges when they come.

The potential to be more successful and more efficient may be realized only through collaboration.

No man is an island unto himself, nor is a trade association!


Ed Kozma is the president of the Canadian Automatic Merchandising Association. Ed can be reached at 484-888-0926, via email through ekozma@vending-cama.com , or by calling CAMA at 905-826-7695 / 1-888-849-2262.


Une association professionnelle n’est pas une île
L’ACAD prévoit relever ses nouveaux défis par la collaboration

Quelques semaines après avoir accepté le rôle de président de l’Association canadienne d’auto-distribution j’ai présenté ma vision sur la manière d’améliorer la position de l’ACAD au sein de l’industrie au comité de direction fraichement élu. J’ai mentionné trois facteurs clef qui élèveront les fondations de l’ACAD pour propulser l’association vers un niveau supérieur. Ces facteurs sont la construction, la collaboration et le partenariat.

La composante “construction” implique exécuter effectivement les activités quotidiennes de l’ACAD (elles sont promouvoir l’adhésion, préparer les expositions et autres événements régionaux). Comme j’ai été à même de le constater au cours de mes années comme membre du comité de direction, l’équipe administrative et les différents comités sont très efficaces dans leur rôle de gestion de l’association. Mon rôle est de m’assurer que ces activités, particulièrement l’adhésion, soient poussées au maximum de leur potentiel. Signe de cela, l’ACAD participera à la grande exposition ApEx sur les services alimentaires et l’hôtellerie qui se tiendra dans l’Est du pays, afin de s’auto-promouvoir et présenter notre association à de potentiels nouveaux membres. Nous croyons que cela rapportera des fruits et nous envisageons de répéter l’expérience à d’autres expositions similaires qui se tiennent partout au pays dans un effort de sensibilisation.

Les composantes “collaboration” et “partenariat” se portent sur les aspects stratégiques pour faire croître une association professionnelle et c’est vers cela que se concentreront mes principales activités. Lors des cinq derniers mois, j’ai activement cherché à tisser des liens avec mes homologues de différentes associations nord-américaines afin de voir s’il y a des intérêts communs parmi ces associations. Sans surprise, chacune fait face à des défis uniques et mais toutes sont intéressées à collaborer dans l’amélioration de leur association. Bien sûr, certaines caractéristiques et besoins sont uniques au pays ou la région et elles ne sont pas toutes associées à l’industrie de l’alimentation mais toutes représentent l’industrie de la vente au détail en libre-service. Collaborer et renforcir des liens inter-associations peut améliorer nos efforts de lobbying gouvernemental, accroître notre base de connaissance en donnant accès à tous à des informations ou recherches appliquées, évaluer et adapter de meilleures pratiques commerciales et promouvoir de nouvelles idées.

Nos efforts au cours des deux dernières années on principalement portés sur la minimisation des impacts liés aux changements monétaires en faisant combiner les modifications des pièces et $1 et $2 suivi de la mise en circulation combinée des billets de $5 et $10. Cela a été une immense victoire pour tous les exploitants car cela a fait économiser des millions de dollars en frais de mise à jour. Les pièces de monnaie et nouveaux billets sont habituellement mis en circulation à tour de rôle. Au final, nous avons généré à toute l’industrie des économies en ne procédant qu’à deux mises à jour au lieu de quatre.

Par ricochet, nos efforts ont bénéficié aussi à d’autres compagnies et organismes œuvrant dans les industries du stationnement, de l’amusement, des laves-auto, et toutes les autres fonctionnant sur la base de perception automatisée de monnaies et billets.

Dans un souci d’équité, je crois qu’autant la Monnaie royales canadienne et la Banque du Canada ont consulté les chefs de file d’autres industries et que ceux-ci ont aussi fait valoir leur point de vue sur le sujet.  Mais quel message en est-il ressorti? Quel impact aurions-nous eu si nous nous étions tous entendus sur un même message? Difficile à dire… Mais le moment est tout choisi pour entamer des discussions et construire des liens afin qu’ensemble nous puissions faire face à de futurs défis communs. Le potentiel d’un plus grand succès et d’une meilleure efficacité sera réalisable uniquement que par une collaboration.       

L’homme n’est pas fait pour vivre seul sur une île, une association non plus!


Ed Kozma est Président de l’Association canadienne d’auto-distribution. Ed peut être joint au numéro de téléphone 484-888-0926, par courriel à l’adresse
ekozma@vending-cama.com  ou bien en téléphonant à l’ACAD au 905-826-7695 / 1-888-849-2262.


Print this page

Related



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*