Canadian Vending

News
OCS connection: Spring 2011

TTYL


April 15, 2011
By Neil Madden

I remember the first day I started in this industry. I was nervous,
excited and full of hope about our industry and what I could make out of
it.

I remember the first day I started in this industry. I was nervous, excited and full of hope about our industry and what I could make out of it. I had a romantic notion of going to an empty vending machine and collecting a full cash box. I thought that I would work hard, but have plenty of time to enjoy the rewards. I thought that it was a pretty straight-forward business … and boy was I wrong.

Over the last 13 years in this industry I have seen many changes. Coins have changed once, coin mechanisms have definitely gotten better, Single Cup coffee has taken off and margins have been eroded. Business has grown, people have moved in and out of the industry and every year I get excited about the upcoming trade shows. Yet, our collective future is not about the ongoing costs and changes in our own industry. The future of our business and economy is much more global… and much more social.

Social Media is like a business. Sure, Facebook seems like a great idea getting to reconnect with old friends and being up to date on what is happening with “Susan” as she takes the kids to school. Twitter also seems like a great idea. You know you have to be on Twitter because everyone wants to hear what you had for breakfast this morning. But like starting a business, social media needs to be understood before jumping into it with both feet. It is not as simple as you think. It is more than just a way to connect; it is our future.

Advertisment

While many of us are concerned about how new coffee technology, vending machine software and coin changes will affect our industry, most have not even thought about the global change that is going on around us. Our industry, our lives and our futures are now impacted directly by the social media around us. No longer can we define our industry with a label such as foodservice, retail, merchandising, or technology. We are influenced by factors that go far beyond our local marketplace, affecting our margin, profit and future business.

In the last few weeks, social media has changed Tunisia, Egypt and Libya, and others are soon to follow. The power of social media goes beyond borders and religion and reaches everyone. As countries change, crops are threatened, oil is threatened and prices rise. But this is not just a short-term thing. Chindia (China and India) have the fastest growing economies in the world as the North American appetite for cheap goods sends us overseas for cheap labor. But as their economies grow, so does the wealth of their citizens. As the middle class becomes wealthier, they start to demand a better quality of life. This includes new cars, computers, and some of the staples that we enjoy in North America: coffee and chocolate. With limited and dwindling supply around the world (partly due to farmers moving to more profitable crops) and an increasing demand, the prices will inevitably go up. One recent report claimed chocolate could be like caviar in 20 years – very exclusive and very expensive. How would this impact your business?

Remember when you would pick your new car based on a test drive, great marketing and, quite often, price. Today’s savvy consumer now asks their friends on Facebook what they think. Imagine if you were thinking of buying Brand X automobile just to read a friend’s Facebook status that they had a bad experience, followed by 20 other comments agreeing and saying the same thing? Would you buy Brand X? Probably not, and smart companies know this.

Companies now need to have not just a social media presence, they need to have a social media presence that is managed, understood and marketed properly. It is only a matter of time before that Facebook page will allow you to buy Brand X on the spot, so you need to make sure it is represented well. I am sure we have all seen the comments written on the 8.5×11 price increase page that we often post on our vending machines. Imagine if an employee at one of your accounts started a social media rant about your increase.

How would you handle that? And how would that affect your business?

Of course, social media is not to be feared. It is a great tool for education, connecting with peers and even growing your business. Your company presence on these platforms is the equivalent to having a website five years ago. But it is not something to have just for the sake of saying, “We have a Facebook page and a Twitter account.” It needs to be managed, not just by someone who understands social media, but by someone that understands our industry.

These are only a few ways that what I like to call “soft technology” has impacted our industry and there are more coming. Do not dismiss the importance of understanding this technology and how it will impact your business. Gone are the simple days of cold calling, reading Canadian Vending and talking to your suppliers for “a better price.” The world is changing faster than you can imagine. It is not only important to accept that fact, it is important to understand it to be successful.

Later this year, CAMA will host our annual trade show in Montreal with the theme “Innovate and Change.” CAMA has also launched a Facebook page and Twitter feed and Canadian Vending (after this publication) will go digital. The information that we once received in traditional formats is being replaced by new “soft technology” and you will get daily updates, links and education to help you navigate the changes around you. This change is part of the global change and it is one you must be a part of or be left behind. I encourage all of you to attend the show, learn about the industry changes and learn about social media. You are no longer just a foodservice, retail, delivery and technology company. You are now part of everyone’s everyday life!

TTYL!
Neil Madden
Vice-president, Canadian
Automatic Merchandising Association



Parlez-en à vous plus tard
Je me souviens de ma première journée dans l’industrie. J’étais nerveux, excité et plein d’espoir pour notre industrie et ce que je pouvais en faire. J’avais une vision quelque peu romantique d’aller vider les machines et ainsi ramasser une boîte pleine d’argent. Je pensais que je travaillerais dur mais que j’aurais en contrepartie beaucoup de temps libre pour jouir de mes efforts. Je croyais que c’était une affaire tout cuit dans le bec. Eh que je me suis trompé!

Au cours de mes treize années dans l’industrie j’ai vu nombre de changement. La monnaie a changé, les monnayeurs sont devenus nettement meilleurs, le café en portion individuelle a pris tout un essor et les marges de profit ont fondu. Les affaires ont pris de l’essor, des gens sont venus et se sont allés de notre industrie et chaque année je suis fébrile à l’approche du prochain congrès. Et pourtant, notre avenir collectif n’est pas à propos des coûts croissants et changement à venir dans notre industrie. L’avenir de nos affaires et de notre économie est bien plus mondial… et bien plus social.

Les médias sociaux sont comme une affaire. Bien sûr, Facebook semble une bonne idée en renouant avec de vieux amis et nous gardant au courant des allers et venus de “Suzanne” alors qu’elle amène les jeunes à l’école. Twitter semble une belle idée. Vous savez que vous devez être sur Twitter car tout le monde veut savoir ce que vous avez pris pour déjeuner ce matin. Mais tout comme on doit être prudent en démarrant son entreprise, les médias sociaux requièrent une certaine compréhension avant de vous y lancer corps et âme. Ce n’est pas aussi simple qu’on le croit. C’est plus qu’une manière de se connecter… c’est notre avenir.

Alors que nombres d’entres nous sommes inquiets à savoir comment les nouvelles technologies de café, logiciel pour distributrices et les changements dans la monnaie vont nous affecter, la majorité d’entre nous ne voit pas les grands bouleversements autour de nous. Notre industrie, nos vies et notre avenir sont directement affectés par les médiaux sociaux nous entourant. Nous ne pouvons plus définir notre industrie que par la simple étiquette de services alimentaires, ventes au détail, marchandisage ou technologie. Nous sommes influencés par des facteurs hors de nos frontières locales qui affectent nos marges, profit et l’avenir de nos entreprises.

Au cours des dernières semaines, les médias sociaux ont changé la Tunisie, l’Égypte, la Lybie et d’autres pourraient suivre sous peu. Le pouvoir des médias sociaux transcende les frontières et religions et rejoignent tout le monde. Les pays changent, les récoltes sont menacées, le pétrole aussi et les prix montent.  Ceci n’est pas un épiphénomène. La “Chinde”, soit la Chine et l’Inde réunis ont les économies les plus progressives du monde alimentées en partie par l’appétit de l’Amérique du Nord de se procurer des biens à faibles prix produits par ces pays. Cependant au même rythme que croît leur économie croît aussi le bien-être de leurs citoyens.

Comme leur classe moyenne s’enrichit, elle demande une meilleure qualité de vie. Cela inclut une nouvelle voiture, ordinateurs et des choses que nous aimons particulièrement chez nous: le café et le chocolat. Avec un approvisionnement limité et à la baisse (dû entre autre à des fermiers passant à des récoltes plus profitables) et une demande sans cesse croissante, les prix vont inévitablement varier à la hausse. Un rapport récent prévoyait que le chocolat pourrait être l’équivalent du caviar dans vingt ans – un produit de luxe et cher. Quel en sera l’impact sur nos entreprises ?

Souvenez-vous lorsque vous achetiez une voiture dans le passé. Vous basiez votre décision sur un essai routier, sur le bon marketing de la compagnie, et sur le prix bien sûr. Aujourd’hui, le consommateur intuitif demande l’avis de ses amis sur Facebook.

Imaginez que vous souhaitez vous procurer une voiture de marque X et qu’un de vos amis virtuels vous raconte sa mauvaise expérience suivi d’une vingtaine d’autres témoignages négatifs. Achèteriez-vous la voiture de marque X ?  Probablement pas. Et les compagnies futées savent cela. Les grandes compagnies ont non seulement le besoin d’être sur les médias sociaux mais elles ont aussi le besoin de bien gérer leur présence, de bien la comprendre et bien la promouvoir. Ce n’est qu’une question de temps avant que la page Facebook ne vous permette d’achetez la voiture X directement. Vous avez intérêt à ce qu’elle soit bien présentée. Je suis assuré que vous avez déjà expérimenté la pétition contre votre dernière augmentation de prix, bien en vue sur vos distributrices. Imaginez si un employé chez votre client partait une page Facebook de protestation contre votre dernière augmentation. Comment géreriez-vous cela? Comment cela affecterait-il vos opérations ?

Bien sûr, on ne doit pas craindre nécessairement les médias sociaux. C’est un outil formidable d’éducation vous permettant contacter vos pairs et ainsi faire croître vos affaires. Votre présence sur ces plateformes est l’équivalent d’avoir une page web il y a cinq ans. Mais votre présence ne se limite pas à simplement dire “J’ai une page Facebook” ou “J’ai un compte Twitter.” Non! Tout cela doit être bien géré, pas seulement par une personne qui comprend les médias sociaux mais par quelqu’un qui comprend votre industrie.

Ce ne sont que quelques avenues de ce que je me plais à appeler “la technologie soft” qui a influencé notre industrie et il y en a bien plus à venir. Ne sous-estimé pas l’importance de bien comprendre ces technologies et comment elles peuvent vous affecter. Ils sont loin les jours de sollicitation téléphonique, de lecture du “Canadian Vending” et de la conversation avec votre fournisseur pour un meilleur prix. Le monde évolue bien plus vite que vous ne le pensez et ce n’est pas seulement important que vous acceptiez ce fait mais vous devez le comprendre pour qu’il vous soit positif.

Plus tard cette année, l’ACAD tiendra son congrès annuel à Montréal sous le thème “Innove et gagne!”.  L’ACAD lancera aussi sa page Facebook et son compte Twitter et la revue “Canadian Vending” passera à l’ère numérique après ce numéro. L’information que vous receviez dans un format traditionnel sera remplacée par la nouvelle “technologie soft” et vous recevrez des mises à jour quotidiennes, des hyperliens et informations qui vous permettront de naviguer dans les changements vous entourant. Ce changement est partie intégrante de ce monde en évolution et c’en est un que vous devez joindre au risque d’être déclassé. Je vous encourage à assister à l’exposition, à vous renseigner sur les changements de notre industrie et de vous renseigner sur les médias sociaux. Vous n’êtes plus qu’un simple service alimentaire, une compagnie de vente au détail, de livraison ou de technologie.

À +
Neil Madden,
Vice-président, Association
Canadienne d’Auto-Distribution


Print this page

Related



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*