Canadian Vending

News
What’s In It For Me, You Ask?

That is a question heard often in this industry


October 2, 2008
By Kim Lockie

Advocacy, CAMA, what is in it for
me? That is a question I am sure is heard often in this industry. What
is CAMA doing for us? Let me tell you about a few items

camalogo

Advocacy, CAMA, what is in it for me? That is a question I am sure is heard often in this industry. What is CAMA doing for us? Let me tell you about a few items.

Joining CAMA is great, and then joining the advocacy group with funds and a voice is even better. This organization can present you with the designation of being a professional operator by following an established set of standards and ethics. The motto of this group is “Professional Operators Vending Anything, Anytime, Anywhere”. This encompasses all aspects and challenges the industry has to offer: from health issues to taxation, being green, coin issues, industry misconceptions, public misconceptions, etc.

We also have some opportunities arising in new technology, from remote monitoring of machines and vehicles, to credit and debit acceptance. All of these items are ongoing CAMA projects.

Advertisment

CAMA has worked diligently on the healthy choice issues with various provincial governments to have some input into what is sold and to maintain a level playing field. We can vend healthy items as well as we can vend anything else, we just want to be able to serve and compete with what our close neighbours sell in the same buildings. There are many healthy choices out there and the machine can be 100 per cent healthy and successful at the same time.

In Quebec City right now there is a new tax on all vending machines. CAMA representatives have attended a number of meetings with other interested parties and professional consultants. The “best case” scenario will be the elimination of this tax.

However, if it is not possible to achieve this with the support of all stakeholders, we will be fighting hard for a more equitable system of taxation. A tax here may inspire other municipalities to follow Quebec’s example, which is a costly venture to our operators.

We have met with The Royal Canadian Mint to discuss changes to the loonie and toonie. This is inevitable and although the look will be the same and the regular consumer won’t notice the change, our coin mechanisms will definitely notice plate steel over the nickel used now.

There are committees in place to deal with these issues and to talk about any coins being eliminated or added in the future. This directly affects all operators, since without proper advance warning sales will surely drop if we cannot accept the new coin.

There are also the green issues and proper power consumption on which we work with the federal government to ensure new machines meet the requirements, and we can be proactive to ensure vending is seen in a positive light.

Industry and public misconceptions are out there. No one fully understands our industry, and we are targeted when other forms of retail are not.

We are working on an image campaign to ensure our motto is understood. Vending should not be looked upon as a second alternative, but rather we should be viewed in a positive light, providing a professional service that is needed and enjoyed.

New opportunities are always coming out in electronics. We can already computerize our inventory to see what is selling, what isn’t, as well as detect our losses. In the future, we are moving towards remote monitoring to reduce costs and requiring visits only when machines need servicing. This reduces inventory, as well astrucks and staff, thus increasing bottom lines. There are MasterCard, Visa and debit acceptors on the horizon.

Once a few rules are modified, and paper receipts and codes aren’t required, we can start accepting these methods of payment. This helps with security and cash problems that are arising in the industry. In addition, it helps reduce theft and bank costs.

We just had our friends in the office coffee industry join with CAMA, which will be a great partnership for all involved. Our new tag line will be “Serving the Vending and Office Coffee Retailers across Canada.” Continuation of both the Stuart Daw award and the Don Storey Awards will recognize and acknowledge individuals who have made exceptional contributions to both sectors of our industry.

CAMA golf tournaments and trade shows provide fun and networking opportunities for professionals who work so hard in the vending and office coffee service business.

The NAMA show is coming up on Oct. 15 to 18 and it should be an exciting show. I would like to set up a van for any Canadians who are planning to attend. The plan is to travel down on Wednesday to visit the Crane manufacturing plant and see how machines are made. This may give us a better perspective on the vending machines, followed by a tour of the Coinco facility to see the manufacturing and refurbishing of coin mechs.

Other ideas at the time of writing include: visits to the Budweiser plant and stables in St. Louis, as well as a Bass Pro shop or Cabala’s store. By doing this on the Wednesday of the show, we will only run into the first day of the show and will not interfere with NAMA’s Gala Banquet.

Canadian Vending Magazine readers can e-mail info@vending-cama.com or kimlockie@telus.net for information.

So, if someone asks if CAMA does anything I hope you will let him or her know. Also ask what can you do for CAMA to help us grow as an organization. Let’s stand together and be strong in Canada. Lets work together, let me know what it would take to achieve this, e-mail me suggestions, and don’t wait for someone else.

We are losing some ground in Canada very fast politically. We need to stand out in a professional manner and let all Canadians know we are “Professional operators, vending anything, anytime, anywhere.”

En quoi cela devrait-il m’intéresser?

Le groupe d’intervention de l’ACAD, en quoi cela devrait-il m’intéresser?  Voilà une question souvent posée dans notre industrie.  Qu’est-ce que l’ACAD réussit-elle à faire pour nous?  Laissez-moi vous expliquer la situation.

Vous inscrire à l’ACAD est certainement une bonne idée.  Vous inscrire au groupe d’intervention qui dispose de fonds et d’une réputation, est encore meilleur.  Cet organisme est en mesure de vous présenter avec une désignation de professionnel en suivant un ensemble de normes et d’éthique.  La devise de ce groupe est «opérateurs professionnels distribuant n’importe quoi, n’importe où, n’importe quand».  Ceci englobe tous les aspects et tous les défis de notre industrie, depuis les questions impliquant la santé, l’écologie, les problèmes des pièces de monnaie, les malentendus concernant notre industrie, les taxes et les idées préconçues du public.  Nous avons également certains avantages découlant des nouvelles technologies, depuis la surveillance à distance des machines et des véhicules, jusqu’à l’approbation de crédit ou de débit.  Tous ces points font partie des projets courant de l’ACAD.

L’ACAD a beaucoup travaillé sur les questions impliquant la santé auprès de divers gouvernements provinciaux, de façon à pouvoir avancer son point de vue sur ce qui est vendu et de maintenir des règles du jeu équitables.  Nous pouvons offrir des articles sains comme nous pouvons vendre n’importe quoi d’autre.  Nous voulons tout simplement être capables de bien servir la clientèle et faire compétition avec ce qui est vendu autrement, dans les mêmes bâtiments. Il y a de nombreux choix de santé sur le marché et la machine peut être saine à 100 % et permettre de gagner sa vie par la même occasion.

La ville de Québec perçoit maintenant une nouvelle taxe sur toutes les machines distributrices.  Les représentants de l’ACAD ont assisté à un certain nombre de réunions avec d’autres éléments intéressés et des consultants professionnels.  La meilleure situation serait l’élimination de la taxe.  Toutefois, s’il est impossible d’atteindre cet objectif avec l’appui de tous les intervenants, nous lutterons pour obtenir un système de taxation plus équitable.  Une taxe dans ce domaine peut inspirer d’autres municipalités à suivre l’exemple de Québec, ce qui s’avérera être une aventure coûteuse pour nos membres.

Nous avons eu des réunions avec la Monnaie royale canadienne dans le but de discuter des changements apportés aux pièces de un dollar et de deux dollars.  Ceci est inévitable si leur aspect restera le même et si la plupart des clients habituels ne remarqueront pas le changement, nos experts dans les pièces de monnaie noteront définitivement l’acier, par rapport au nickel, utilisé maintenant.  Il existe des comités pour traiter de ces problèmes et expliquer quelles pièces de monnaie seront éliminées ou ajoutées à l’avenir.  Ceci affectera tous les opérations, car sans un avis suffisant, les ventes baisseront sûrement si nous ne pouvons pas accepter une nouvelle pièce.

Il y a des questions d’écologie et de consommation de courant appropriée sur lesquelles nous travaillons avec le gouvernement fédéral, afin de nous assurer que les nouvelles machines se conforment aux exigences, et nous pouvons être proactifs pour nous assurer que l’auto-distribution soit considérée sous un jour positif. 

Les malentendus auprès de l’industrie et du public sont bien là.  Personne ne comprend vraiment notre industrie et nous sommes visés alors que d’autres formes de ventes au détail ne le sont pas.  Nous travaillons à l’élaboration d’une campagne d’images afin de nous assurer que notre devise, opérations professionnels distribuant n’importe quoi, n’importe où, n’importe quand est bien comprise.  L’auto-distribution ne devrait pas être regardée comme un second choix, mais nous devrions plutôt l’observer sous un jour positif et offrir un service professionnel dont les gens ont besoin et qu’ils apprécient.

Les nouvelles occasions viendront toujours de l’électronique.  Nous pouvons déjà informatiser nos stocks pour voir ce qui se vend et ce qui ne se vend pas, ainsi que déceler nos pertes.  À l’avenir, nous opterons pour une surveillance à distance afin de réduire nos coûts et les visites seront limitées aux réparations des machines.  Ceci réduira nos stocks, nos camions et notre personnel, ce qui aura un effet positif sur les profits.  Il y a des dispositifs d’acceptation MasterCard, Visa et cartes de débit à l’horizon.  Une fois que quelques règlements auront été modifiés et si les reçus en papier et codes ne sont plus exigés, nous pourrons commencer à accepter ces méthodes de paiement.  Cela favorisera la sécurité et offrira une solution aux problèmes d’argent comptant, soulevés dans notre industrie.  De plus, cela réduira les vols et les coûts des banques.

Nous venons tout juste de voir nos amis de l’industrie du café de bureau se joindre à l’ACAD ; ceci constituera un partenariat de choix pour toutes les personnes impliquées.  Notre nouveau dicton sera «Au service de l’auto-distribution et des détaillants de café à travers le Canada».  La continuation du prix Stuart Daw et des prix Don Storey récompensera les individus qui auront apporté des contributions exceptionnelles aux deux secteurs de notre industrie. 

 Les tournois de golf et les expositions commerciales de l’ACAD offriront des occasions agréables et utiles pour les professionnels travaillant très forts dans l’auto-distribution et dans le service de cafés de bureau.

L’exposition de NAMA s’en vient du 15-18 oct. et devrait constituer un événement très intéressant.  J’aimerais pouvoir organiser un véhicule pour tous les Canadiens qui ont l’intention d’y participer.  En voyageant le mercredi, nous pourrions visiter l’usine de fabrication Crane et voir comment les machines sont fabriquées dans le but de mieux comprendre les machines distributrices ; cela serait suivi d’une excursion à l’installation Coinco pour voir la fabrication et la remise en état des machines à pièces de monnaie.  Parmi les autres idées au moment de la mise sous presse, notons des visites à l’usine de Budweiser et des écuries à St. Louis, ainsi qu’un magasin Bass Pro ou Cabala.  En faisant ceci le mercredi, nous manquerons la première journée du salon et cela n’interfèrera pas avec le gala banquet de NAMA.  Pour plus d’information, les lecteurs CVM peuvent appeler info@vending-cama.com ou kimlockie@telus.net.

Donc, si l’on vous demande ce que fait l’ACAD, j’espère que vous lui demanderez :

«Que pouvez-vous faire pour permettre à l’ACAD de prospérer ?»   Aidons-nous mutuellement et soyons forts au Canada. Travaillons ensemble, laissez-moi savoir ce qu’il faudra pour atteindre cet objectif.  Envoyez-moi vos suggestions par courriel et n’attendez pas que quelqu’un d’autre le fasse à votre place, car nous perdons du terrain au Canada politiquement parlant.  Il nous faut agir en professionnels et laissez savoir à tous les Canadiens que nous sommes des «opérateurs professionnels, distribuant n’importe quoi, n’importe où, n’importe quand. »


Print this page

Related



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*